Trois Ancres

C’est une plongée murale adaptée à tous les plongeurs, car elle n’a aucune difficulté particulière. Cependant, il est conseillé de vérifier la présence de courant et de vérifier lors de la plongée la profondeur maximale prévue, car le fond du mur se dégrade jusqu’à 52 mètres. En descendant du gavitello, nous nous trouvons sur une steppe de 12 à 14 mètres jusqu’à 29-30 mètres.

Info 
Degré de difficultéMoyen-bas pour les deux itinéraires
- Moyen, avec présence actuelle
Profondeur maximale23 mètres (route vert)
36 mètres (route rouge)
VisibilitéHout
- Moyenne si le courant est présent au sud
Durée35 minutes (route vert)
45 minutes (route rouge)
IntérêtNe le manquez pas
Zone protégée marineA

Route

Avec le mur à notre gauche, nous abordons trois rochers majestueux dont les ruisseaux offrent un abri aux arbustes, aux crevettes et aux arbustes. Quelques mètres plus tard, il y a 3 ancres exceptionnellement orchestrées qui se superposent l’une à l’autre. À quelques mètres perpendiculaires au mur, nous arrivons à une deuxième pente rocheuse qui passe de 32 à 33 mètres à 48-52 mètres. Juste à ce point d’en haut, vous pouvez voir une protubérance qui offre un abri aux homards, la saetta et le diadème frisés et la trine de mer majestueuse. En continuant d’avoir la crête à notre gauche le moins profond, nous rencontrons les trois défilés de longues fissures verticales, les premières offres abri à brème, la troisième crevettes parapandalo. Après un toit de roche très coloré, nous rencontrons un petit rocher en pente, fréquenté par saragh et corvine, et nous arrivons à une langue rock qui tombe à plus de 30 mètres. Ce mur naturel pourrait être le point de retour à notre gavitello que nous pourrions aller nager le long de la grange entre 9-12 en profitant d’un «flottement» entre saraghi et duotti. Enfin, il atteint le plateau de 9 à 6 mètres et est bordé par la falaise. Ici, nous pouvons trouver des perroquets, des salami, des dorures, des pieuvres et des murins. Si nous décidons de continuer à plonger, surmonter le langage rocheux que nous trouvons à gauche dans un canyon perpendiculaire à la falaise de la côte monte jusqu’à quelques mètres. À la suite de cet entonnoir naturel arrivent sous Capo Murro di Porco où il y a seulement quelques mètres de profondeur, à droite, une tanière à fente oblique de grande brème et à gauche, une grande caverne profonde qui entre pour des dizaines de mètres dans la roche. Nous pouvons entrer sans risque car la grotte est grande, sans bifurcations et avec le fond rocheux. De plus, nos bulles ne peuvent causer de dégâts car la voûte de la grotte est presque en surface et souffre donc du mouvement de l’onde. De la grotte, nous profitons des minutes de l’arrêt de sécurité pour observer le mur coloré sur notre gauche, c’est l’extrême pointe de Capo Murro di Porco.